Mercredi 18 août, à Montpellier dans la torpeur estivale, Georges Frêche inaugurera des statues de De Gaulle, Jaurès, Churchill, Roosevelt et… Lénine.

Que nous soyons écologistes, citoyens de gauche, associatifs ou à titre personnel nous nous engageons à empêcher l’installation des statues de Mao et Lénine à Montpellier, et à les déboulonner si nécessaires.

Alors que toute la gauche et une partie de la droite républicaine se mobilise pour dénoncer le virage nauséabond de la politique sarkosyste, le président de l’agglomération  montpelliéraine rend un hommage confus à l’histoire. Mêlant sans distinction des figures de la résistance et du pacifisme à des misanthropes notoires pour qui le progrès de l’humanité, et leur pouvoir personnel justifiaient bien, ça et là, quelques millions de morts,  Georges Frêche nous fait perdre du temps et de l’argent.

Quel sens donner aux choses ? quel message aux futures générations ? Comment comprendre qu’on puisse au nom d’une collectivité publique et avec de l’argent public rendre hommage à ceux qui ont volontairement tué, exilé, torturé, envoyé dans «des camps de rééducation», goulags, ou laogai, des millions de gens sur des critères idéologiques.

L’installation d’une statue de Lénine puis celle de Mao qui suivra en attendant celle de Staline déjà annoncée, nous plonge dans des confusions dont le principal instigateur joue et use de son bon plaisir sans mesure de leur impact. Qui suivra : Pol Pot ou d’autres dont le nom est imprononçable ? En ce moment a lieu au Cambodge,  un procès d’un criminel Khmer rouge, qui enfin est traduit en justice, n’est ce pas le lieu pour de vrais examens de conscience ?

A quelques mètres de la place des «grands hommes», comme à bien d’autres endroits en France, un camp de Roms est menacé d’expulsion faute de travail et de logement.

La provocation assumée par l’auteur, au lieu de poser des questions et de susciter des débats, impose sa vision de l’histoire, ses propres codes et ses propres valeurs et se pose en donneur de leçons. Si Georges Frêche souhaite un débat public sur les assassins de notre histoire contemporaine auquel il souhaite rendre hommage, qu’il écrive, qu’il donne des conférences et qu’il accepte d’assumer pénalement ses écrits, et points de vue.

On a en d’autre temps fait des lois pour éviter les expressions publiques qui faisaient référence à des périodes sinistres de notre histoire, ou qui dressait les gens contre les autres, que ce soit sur l’incitation à la haine raciale ou l’apologie pour crime contre l’humanité. Pour certaines exagérations comme celle d’ériger une statue d’un assassin, on y avait pas pensé, peut être que personne n’eut pensé que c’était tout simplement imaginable.

Certains pourront dire qu’ériger à notre époque des statues de Lénine, Mao, ou Staline, c’est drôle, pathétique, ou minable selon les points de vue.

Alors même que beaucoup d’enfants, de petits enfants de victimes de Mao, Lénine ou Staline sont encore en vie, c’est pour certains qui défendent des valeurs d’humanité, de droits de l’homme tout simplement inacceptable.

N’y-a-t-il pas d’autres messages politiques plus urgent à faire passer pour qui prétend défendre la justice sociale?

Nous ne laisserons pas ces statues en place et les déboulonnerons si nécessaire la statue de Lénine et de Mao.

Un rendez-vous public collectif sera fixé pour procéder à leur déboulonnement. Un groupe facebook est déjà créé pour relayer l’événement : pour s’y inscrire

Partager/Marquer