Les écologistes votent jusqu‘au jeudi 23 juin pour désigner leur candidat aux primaires de l’écologie.

Pour moi, le choix est clair : c’est Nicolas Hulot.

Non pas contre Eva Joly, mais avec Eva Joly, avec Dany Cohn Bendit, avec José Bové, avec Cécile Duflot, Dominique Voynet, Noel Mamère… avec toutes celles et tous ceux qui veulent participer.

C’est avant tout parce qu’il nous permet d‘additionner les forces.

Après les Verts, après les européennes, Dany, Eva et José, c’est avec Nicolas Hulot que l’écologie peut en France passer un cap supplémentaire.

Il amène de l’air, de l’énergie, un nouveau regard, un nouveau public. Et il le fait dans le respect de ce qui existe, du collectif, de la complexité de notre histoire et de notre mouvement.

Nicolas sait aussi mettre des mots sur des concepts que nous avions du mal à faire comprendre. Quand les écologistes parlent d' »autonomie politique », on ne les comprend pas toujours. Quand Nicolas parle de 3eme voie, il est compris, et il est audible de tous et de tous ceux qui ne votent pas, sans rien renier sur les valeurs de la gauche.

Il sait s’adresser aux gens avec pédagogie sans céder à la facilité des mots ou des formules. Il sait respecter les personnes et s’adresser à leur intelligence.

Bien sûr, les soutiens de José Bové, de Stéphane Hessel, de Cécile Duflot, l’admiration de Philippe Mérieu comptent beaucoup pour être sur de faire le bon choix.

Mais pour moi, ce qui est déterminant dans l’approche de Nicolas, c’est son humanité et son humilité.

Avec Nicolas Hulot, nous écrivons la suite de l’histoire de l’écologie politique, nous avons collectivement une responsabilité pour progresser.

Le premier pas, c’est le bulletin ou le clic « Hulot » à la primaire, car le score qu’il fera est majeur pour la suite.

Cette primaire est le premier acte de la vraie campagne pour réussir la suite.

Comment voter ? c’est sur www.hulot2012.fr

Partager/Marquer

Jean-Pierre Grand, député-maire UMP de Castelnau-le-Lez (Hérault), reproche à Nicolas Hulot – qui vient  de faire part à NKM de propositions concrètes pour sortir du dossier de l’A9 par le haut – de méconnaître le dossier.

Rions un peu avec M. Grand.

Premièrement, Monsieur Grand, il est inutile de brandir les chiffres d’accidentologie fournis par ASF pour démontrer la dangerosité de l’autoroute A9. Dans son courrier adressé à NKM, Nicolas Hulot est, sur ce point, on ne peut plus explicite : « Je ne néglige ni ne minimise les enjeux de sécurité qui caractérisent le fonctionnement de ce type d’infrastructures routières régulièrement saturées aux heures de pointe. Personne ne met en doute la réalité de ces enjeux et la sécurité des usagers de la route constitue un impératif pour chacun. »

Cela dit, force est de constater que personne n’est en mesure de contester les chiffres. Notons au passage que le groupe Vinci, à la source de ces chiffres, est également en charge de réaliser le doublement de l’autoroute, projet pour lequel il perçoit des taxes de péage supplémentaires … Vous avez dit conflit d’intérêts ?

Deuxièmement, Monsieur Grand, il est illusoire de croire que les montpelliérains vont prendre des vessies pour des lanternes ! Vous semblez mettre en doute la connaissance du dossier par Nicolas Hulot en prétextant que le projet ne porte plus sur le « doublement de l’autoroute », mais sur son seul « déplacement » … Votre subtilité lexicale et votre sens de la nuance sémantique vous honorent Monsieur le Député-Maire. Mais tout porte à croire que vous êtes mal conseillé car ce maquillage de communicants parisiens ne trompe personne au Clapas ! Comme aurait dit notre regretté Georges Frêche qui n’avait pas son pareil pour dénoncer l’enfumage des technocrates, on est dans « le flagrant délit d’enculage de mouches » ! … Court, long ou moyen, peu importe : c’est bien d’un doublement de l’autoroute A9 qu’il s’agit !

Enfin, Monsieur Grand, permettez-moi de sourire à la lecture de votre plaidoyer en faveur de l’actuel projet de doublement de l’A9. Sourire car chacun se souvient que vous défendiez, il y a peu, la solution d’une nouvelle autoroute au nord de Montpellier, entre Pic Saint-Loup et sources du Lez. Ah la belle idée ! … 50 kilomètres de bitume pour embellir nos paysages et honorer la biodiversité de nos garrigues ! Sourire car il n’échappe à personne que votre position d’aujourd’hui (en attendant celle de demain …) n’est le fait que de votre haine tenace contre votre collègue Député UMP Domergue qui, lui, s’oppose au doublement de l’A9 parce qu’un certain Dominique de Villepin en a signé la déclaration d’utilité publique, à la veille de quitter Matignon.

Vous comprendrez dès lors le peu de crédit que les montpelliérains accordent à vos arguments.

Ceci dit, nous vous remercions pour cette contribution à l’enrichissement du vocabulaire autoroutier ; effort remarquable que n’aurait pas manqué de souligner votre glorieux aîné Pompidou qui, lui aussi, aimait les lettres et voulait adapter nos villes à la voiture, construire toujours plus d’autoroutes et de centrales nucléaires. Un beau programme pour le 21ème siècle, Monsieur Grand !

Lire le communiqué d’Europe Ecologie