Je viens de terminer de lire « Vies ordinaires en Corée du Nord « (éd. Albin Michel), en librairie depuis le 4 novembre. L’auteure y détaille la vie quotidienne de plusieurs Nord Coréens avant leur passage au Sud, la famine, l’état du régime vu par des habitants, la misère, les camps, l’armée, la désinformation et le conditionnement des populations. Le récit de la mort de Kim-Il Sung en 1994 et les scènes d’hystérie collective.

Les famines et le détournement de l’aide alimentaire par le régime.

Absolument incroyable que ce régime puisse subsister et affamer et tuer sa population au 21ieme siècle.

Je vous recommande la lecture de ce livre pour comprendre ce qui se passe dans ce pays au regard notamment de l’actualité, et du passage de pouvoir qui vient d’avoir lieu.

La description des famines, des morts est absolument saisissante.

Une référence aux famines chinoises dues à Mao est faite dans ce livre.

Après la lecture de ce livre, je reste absolument convaincu qu’on doit s’opposer fermement à la mise en place de la statue de Mao à Montpellier prévue en janvier.

il y a un an et demi nous étions quelques uns avec José Bové à s’être publiquement opposés à l’érection de cette statue.

Nous l’avons fait à titre personnel.

En janvier, l’agglomération de Montpellier a pour projet de mettre en place une statue de Mao sur la place dite des « grands hommes ». C’est un projet de feu Georges Frêche que l’équipe qui lui a succédé à décider de mener à terme.

Pour ma part, et d’autant plus après les événements en Corée du Nord, je reste persuadé que laisser faire et ne rien dire serait être complice.

On ne peut pas condamner les atrocités, être des militants des droits de l’homme, et laisser faire un hommage à Mao en 2012 à Montpellier.

Pour autant, je pense que la démarche qu’à titre personnel, chacun d’entre nous peut avoir, c’est d’abord de demander, au vu de l’actualité notamment, très ouvertement au nouveau président d’agglomération, de reconsidérer la question et de sursoir la mise en place de la statue de Mao. Tout le monde, et la gauche en particulier à Montpellier, en sortirait grandie.

Partager/Marquer