Il est aujourd’hui plus que nécessaire de diligenter un audit indépendant pour évaluer le projet LORdi, lancé par le conseil régional, sur son coût, sa pertinence, et son intérêt pour les lycéens de la région avant de le poursuivre pour les 2 prochaines années.

Dés la campagne aux régionales et à nouveau à cette rentrée, nous nous étions interrogés, sur la pertinence, les choix techniques, et le principe même d’équiper gratuitement tous les lycées de la région d’un seul même ordinateur, sans formation et accompagnement des enseignants.

Ce matin le quotidien régional Midi-Libre publie une enquête sur les dessous de L’ORdi, le nom de l’ordinateur PC portable donné à la rentrée à chacun des lycéens de seconde du Languedoc Roussillon et financé par le Conseil Régional.

L’article est consacré d’un coté aux sociétés retenues, de l’autres aux choix techniques retenues. Les seconds justifiant le choix des premières et explique les surcouts massifs : 12 millions d’euros et l’abandon d’une technologie qui avait été envisagée au départ.

Cette information fait suite à des recours menés devant les tribunaux par la société non retenue, l’affaire est donc devant les tribunaux, et pourrait donner lieu à des frais supplémentaires pour la région et le contribuable.

Aussi, 4 mois après la livraison des premiers ordinateurs, il est temps de diligenter une évaluation indépendante avant d’engager les phases suivantes pour les élèves de première et de terminale.

Cette audit devrait aussi interroger les principaux utilisateurs : les lycéens bien sûr, mais aussi s’inquiéter de l’avis des enseignants, des type de formations mise en oeuvre, de l’Environnement Numérique de Travail.

Aujourd’hui, des enseignants font état de la situation. Un lecteur de Midi Libre qualifiait ce matin l’opération d' » une catastrophe retentissante, »

Pour lui : « Ce parc gigantesque de machines est peu pratique et surtout extraordinairement dispendieux ! Pour preuve, après une à deux semaines d’utilisation, entre 15 et 20% des ordinateurs étaient en rade, ou tout simplement cassés ! Authentique hélas ! La majorité de mes collègues méprise ce genre d’outils et ont refusé à la quasi unanimité la mise en place de la wi-fi dans l’enceinte de notre établissement prétextant une « précaution sanitaire préalable contre les dangers des émissions d’ondes » ! »

Sur l’aspect technique, il est aussi important de s’interroger sur les choix techniques uniformes retenues.

Enfin et surtout, il est urgent d’évaluer si l’équipement de tous les lycéens sans aucun critère a été plus efficace au vu de l’argent public dépensé que le choix fait par d’autres collectivités de subventionner sous conditions de ressource.

Partager/Marquer