Lundi 20 avril sur le site du projet inutile de Gare de la Mogère, Gérard Onesta, vice-président de la région Midi-Pyrénées, Guillaume Cros, président du groupe des élus, Jean-Louis Roumégas, député de l’Hérault, Christian Dupraz l’ensemble des responsables et militants écologistes se sont rendus sur place aux côtés d’élus écologistes au conseil régional Midi-Pyrénées.

le reportage de France 3
les photos sur Facebook 

Le 12 décembre dernier, le tribunal correctionnel des Sables-d’Olonne a condamné l’ancien maire de La Faute-sur-mer, René Marratier, à quatre ans de prison ferme pour homicides involontaires et mises en danger de la vie d’autrui. Il a également prononcé une peine de deux ans contre son adjointe en charge de l’urbanisme, Françoise Babin. Dans son jugement, le tribunal a considéré que « le risque d’inondation était connu. Les permis de construire accordés par René Marratier et Françoise Babin sont à l’origine directe de neuf décès. »

Comme à la Faute-sur-mer, le site de la Mogère est inondable ; classé en zone rouge au Plan de Prévention des Risques d’Inondation (PPRI). Cette information est connue de tous ; publique, indiscutable.

Dans ce contexte, bâtir une gare TGV, urbaniser 350 hectares au milieu de cette zone inondable n’est pas seulement un aberration, c’est certainement une faute et potentiellement un crime.

Alors qu’une enquête publique est en cours afin d’examiner le volet hydraulique de la future ZAC Oz (quartier censé accompagner la gare TGV sur un périmètre de 350 hectares), nous dénonçons avec la plus grande fermeté cette aberration et en appelons au sens des responsabilités du Préfet et des élus locaux.

On ne transige pas avec avec la sécurité des populations. En 2015, rien ne peut justifier de construire en zone inondable.

 

Partager/Marquer