Statues de Lénine, de Mao et Staline : le pouvoir rend fou et servile.

By in Actualités on 16 septembre 2010

C’est demain que Georges Frêche inaugurera la statue de Lénine, protégé par un très gros service de sécurité, surveillé par la police nationale et entouré de sa cour.
Ce sera – c’est prévisible- le spectacle pitoyable de la démesure du personnage et de sa fin de règne.
Celui de la confusion entre l’ex historien qu’il a pu être, et le conducator de province qu’il est devenu, un étrange mélange de populisme, d’excès et de fastes.

Car demain, le père UBU de Septimanie inaugurera les statues de ses grands hommes à lui, ceux qui ont marqué son histoire personnelle et ont guidé son parcours et ses croyances. Il imposera sa vision de l’histoire devant une cour venue tout exprès lui démontrer sa dévotion.

Il le fera bien sur «sur carton d’invitation» pour ne prendre aucun risque, bien à l’abri  d’un service de sécurité.

Il le fera bien sûr pour faire parler de lui. Car il n’y a plus ici d’intérêt voire même de considération pour la collectivité. C’est lui qui le dit : c’est pour faire parler de lui et de lui seul. Et le coût pour la collectivité est de 5 millions d’euros.

Nous écologistes, gens de gauche avons dénoncé cette façon de rendre hommage caricatural  d’un siècle marqué par la démesure de son combat contre l’humanité et l’environnement.
Plus que jamais, nous déboulonnerons ces statues en public et devant tout le monde.
Nous le ferons à visage découvert en l’annonçant bien à l’avance.

Nous écrirons au préfet et au procureur de la république pour savoir si au nom de la propriété privée ou publique, on fera donner la force publique pour nous empêcher de déboulonner les statues de Lénine et Mao.

Quelle fin de règne pitoyable !

Demain nous assisterons au bal des courtisans, dont beaucoup pour la petite histoire se verront forcés de rire  et de rendre un hommage confus à l’histoire où, comble du ridicule, Lénine et de Gaulle se feront un face à face pathétique entre le Mac Do et le multiplexe.

Consommation de masse, raccourcis historiques, bras longs et courte vue : Frêche et Sarkosy nous amène sur la pente glissante de la France qui a honte.

Quels seront les élus qui participeront à ce triste spectacle ?

La presse, sans nul doute en publiera la liste. Et nos verrons finalement à quoi sert le pouvoir : à rendre docile et à accepter.

C’est peut être ça finalement la leçon de Freche : le pouvoir rend fou et servile.

le groupe Facebook « Nous déboulonnerons les statues de Lénine, Mao et Staline de Georges Frêche »

Partager/Marquer